Le 21 décembre dernier, le légendaire producteur et réalisateur de la porno gaie internationale William Higgins est mort à Prague. 

Il serait décédé d’une crise cardiaque en route vers l’hôpital. Il était âgé de 77 ans. C’est ce que révèlent les sites de tetu.com et back2stonewall.com.

D’origine américaine, William Higgins s’était installé à Prague au début des années 1990. 

Si vous avez moins de 40 ans, il est fort à parier que vous avez rarement entendu parler de William Higgins. Par contre, les gens dans la quarantaine et plus ont déjà visionné ses scènes pornos et ses films. William Higgins avait fondé, entre autres, le fameux studio Catalina. 

«Higgins aimait à répéter qu’il s’était lancé dans le X ‘’car il trouvait que le porno de l’époque était si mauvais qu’il ne pouvait que faire mieux !’’. Il fit ses débuts de réalisateur et producteur à Fort Lauderdale, en Floride. À l’époque, la plupart des distributeurs de films pornographiques, même les studios Falcon, refusaient d’expédier leurs films dans les États du Sud à cause de strictes lois anti-pornographie en vigueur […]», peut-on lire sur le site de tetu.com

Dès le départ, William Higgins enregistrera succès par dessus succès. A Married Man (1974), Pacific Coast Highway (1981) et Pizza Boy : He Delivers (1985) feront fureur auprès de la clientèle gaie et connaîtront une renommée monstre.

«En 1978, il crée Catalina qui voit alors une certaine Chi Chi LaRue être engagée comme assistante. «Mais dans les années 70, être un pornocrate, c’est être un hors-la-loi. La même année, Higgins est arrêté et ses locaux perquisitionnés par le FBI. Les charges seront plus tard abandonnées. Mais refroidi par un énième épisode judiciaire en 1988, l’Américain entreprit un voyage autour du monde, pour trouver un environnement plus tolérant pour ses activités classées X», peut-on encore lire sur tetu.com.

William Higgins cherchera inlassablement un endroit où installer ses pénates : de l’Australie à la Thaïlande en passant par Amsterdam, c’est finalement à Prague (ancienne Tchécoslovaquie) qu’il s’arrêtera définitivement, c’était en 1993. Il y ouvre un club gai dans un édifice qui comprendra, également, les bureaux de sa compagnie de production. Et il n’aura aucun problème à recruter de jeunes modèles, ceux-ci n’ayant pas froid aux yeux vis-à-vis le sexe avec d’autres hommes et ce, même s’ils sont hétéros. À Amsterdam, William Higgins avait un magasin de films pornos gais.

«Lors d’une rencontre avec TÊTU en 2012, le producteur expliquait pourquoi il avait élu domicile dans cet ex-pays du bloc communiste : « C’est plus simple de faire du business ici ! Le communisme a fait des merveilles ! La propagande antireligieuse des Soviétiques a dédiabolisé le rapport au sexe chez les Tchèques. Les gens ont une sexualité bien plus libérée qu’aux Etats-Unis. Tant que tu les paies bien, ils s’en foutent !” De fait, les modèles employés par Higgins sont très souvent de jeunes (hommes) hétéros, des « gays-for-pay», apprend-on sur tetu.com.

«Il fit tourner des pornostars de renoms comme Jack Wrangler, Kip Noll, Rick Donovan, John Davenport, Jeff Quinn, Jan Dvorak et même la légende du porno hétéro Peter North dans ses premières scènes gays», nous dit encore tetu.com sur ce grand de la porno gaie internationale.

Depuis les années 1970, William Higgins avait produit pas moins de 141 films distribués à l’international. Une réussite phénoménale dans une ère qui n’était pas «numérique». 

Depuis de nombreuses années, il était inscrit au temple de la renommée des GayVN Awards et avait remporté de multiples prix au Grabby Awards remis annuellement à Chicago… 

William Higgins était un pionnier de la porno gaie… Un grand s’en est allé pour un monde meilleur dit-on…

Sources : Décès de William Higgins, légende du porno gay

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici