Michael Lucas

Selon le site hornet.com, citant une entrevue avec le chroniqueur américain Michael Musto, le fondateur de Lucas Entertainment (LucasEntertainment.com), Michael Lucas, prendrait sa retraite de la porno en 2019. Il continuerait à présider aux destinées du studio par contre.

L’acteur porno d’origine russe qui a débuté sa carrière en 1996 dit vouloir ralentir maintenant. Michael Lucas dit que, dès le début de 2019, il passera définitivement à l’arrière de la caméra et ne prendra pas les devants de la scène en tant qu’acteur porno ! 

«Il faut arrêter à un certain moment, à moins que vous soyez Madonna», a déclaré Michael Lucas.

Évidemment, Michael Lucas ne prend pas «sa retraite» de la porno, il va demeurer réalisateur et producteur. Mais probablement qu’arrivé à 46 ans, il avait envie de simplement ne plus performer en tant qu’acteur.

Rappelons que Michael Lucas, qui est né à Moscou alors que c’était encore l’Union Soviétique, débute une carrière porno en 1995-1997, d’abord en Allemagne de l’Ouest, puis en France. Après avoir déménagé aux Etats-Unis, il va jouer dans pas moins de cinq films pour Falcon Studios, en 1998.

En 1998, il décide de faire cavalier seul et de fonder son propre studio, un des rares sur la Côte Est des Etats-Unis,  (LucasEntertainment.com), à New York. 

Depuis cette époque, Michael Lucas a joué et réaliser des dizaines de films et de scènes (DVD et web). Il réalisera et produira alors des films récompensés comme Michael Lucas’ La Dolce Vita. Lucas recevra près d’une dizaine de prix de l’industrie, dont cinq GayVN Awards. 

Mais Michael Lucas ne reçoit pas que des lauriers, il a souvent été critiqué pour des propos controversés qu’il a tenu contre les Arabes. Également, après avoir dénoncé vigoureusement les acteurs et les studios qui faisaient dans le bareback (sexe sans capotes), il a entrepris un virage à 180o il y a quelques années pour ne faire, finalement, que des épisodes bareback («raw») sur son site ! Bien sûr, c’était une question d’argent et les studios qui n’en faisaient pas perdaient les abonnements des internautes au profit de plus petits studios «niches» qui offraient de telles scènes à leurs fans…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici