Avant le départ – Un cyclone – Partie IX

Dans Étalhoms, Histoires de cul

Partie IX de L’Île des « Lovers »

‘Contexte de départ’ : Jimmy s’est échoué sur une île inconnue après un crash d’avion. Il a découvert sur l’île une nouvelle race d’hommes génétiquement modifiés : des hommes-étalons-léopards, les «Lovers». Il a fait la connaissance d’un premier Étalhom, dont il est tombé amoureux. AlphaRomulus, qui est aussi le chef de la tribu des Romuliens, a entreprit de lui faire visiter l’Île pour lui faire découvrir son Monde où le sexe est aussi vital que le besoin de respirer. Jimmy nous livre le récit de ses découvertes et aventures dans son journal.

La Grande Fête qui a suivi les noces de Romulus et Jimmy a déclenché une orgie magistrale dans toute la tribu des romuliens. Jimmy a bien noté des particularités dans les mœurs de ces Lovers vigoureux et il a vécu des expériences électrisantes hors du commun. Le grand Phal d’Éros s’est déchaîné en propulsant des orgasmes quasi illimités dans la foule. Des liens se sont tissés entre Jimmy et les romuliens, mais ce qui s’annonce lui réserve des surprises!

La journée de noce a été remplie au-delà de nos espérances et nous pouvons nous reposer pour le départ de notre expédition dans la traversée de la vallée. Ce n’est que ce matin à l’aube, alors que Romulus dort encore, que je réussi à écrire ces quelques notes. Je n’ai souvent que ce moment-là, certains matins avant son réveil, pour être seul avec mon journal. J’apprends à connaître mon amant étalhom et son «Monde», mais j’ai l’impression qu’il connaît encore peu les besoins profondément humains qui sont ceux de ma nature humaine «non-modifiée». Dans toute la frénésie des plaisirs sexuels qui habite son univers, je vois bien qu’il a besoin autant de sexe avec les autres, dont je fais partie, que de respirer. C’est sa nature. Mais moi, j’ai faim et soif de LUI. J’ai beau m’entraîner à jouer du sexe avec lui et les autres, mais c’est lui mon amant que j’ai marié d’amour. Pas la foule, même si ça m’excite! Et je ne sais toujours pas s’il faut chercher l’amour dans le sexe ou le sexe dans l’amour. La vie nous le dira bien. Aujourd’hui, nous partons en expédition et nous ne serons que Romulus et moi, enfin. Mais traverser une vallée pleine d’étalhoms, ça promet d’être une aventure pleine de rebondissements. Je m’en doute un peu… Or ce matin, le ciel est nuageux. Une fine pluie commence à tomber sur le village et fait naître une douce musique dans les arbres qui nous entourent. Il est encore tôt et je retourne me coucher en allant me blottir contre le corps chaud de mon amant. Il se réveille à peine et m’enlace d’un bras en me pressant contre lui dans la position de cuillère avant de se rendormir avec moi. Or le temps est lourd et le vent se lève…

Après une nuit de repos bien mérité et un début de matinée qui s’allonge un peu dans les bras de mon amant, que dis-je, de mon «conjoint-inséparable» depuis la veille, je me dégage lentement des «Bras de Morphée» tout en restant blottie dans ceux de mon beau Romulus qui s’éveille, lui aussi, tout doucement. Les notes que j’ai rédigées très tôt à l’aube, avant de revenir me coucher auprès de mon étalhom, me reviennent en mémoire et je me remets à bander comme un satyre. Romulus me serre dans ses bras, ce qui ne fait que m’exciter davantage et je commence à espérer la lente progression de son Phal en moi, lorsqu’un bruit croissant se met à gronder au dehors. La fine pluie de l’aube est devenue une averse abondante et le vent s’intensifie. Le tonnerre gronde au loin et se rapproche gra-duellement. Des éclairs illuminent le ciel et jettent dans la «Grande Hutte» à travers les fenêtres ouvertes en permanence, une lumière éblouissante en rafale. Je bondis en même temps que Romulus et nous apercevons à l’extérieure, un ciel lourd aux nuages menaçants. Un violent orage s’annonce et la panique s’empare des étalhoms que l’on voit soudainement courir autour de la Grande Hutte.

• Il va falloir aller se réfugier dans la «Grande Caverne», mon beau Jimmy, un orage approche, me dit alors Romulus en m’embrassant rapidement.

• Oui, j’ai l’impression que ça va brasser ! Je te suis, mon beau.

• Non pas tout-de-suite mon amour ! Reste ici. Je vais aller chercher notre ami commun qui va t’y conduire, pendant qu’il me faudra m’assurer que tout le monde est correct et qu’ils vont pouvoir aller trouver refuge dans la «Grande Caverne».
Et il s’élance aussitôt dans la pluie battante pour parcourir tout le village en veillant à s’assurer qu’il n’y ait personne en péril. Les étalhoms se précipitent et semblent courir en tous sens, mais je constate qu’ils s’affairent plutôt à porter secours à tous ceux qui en auraient besoin. Rémus me surprend en entrant précipitamment dans la «Grande Hutte».

• Viens t’en Jimmy ! Il faut partir. L’orage approche et son intensité me dit qu’il pourrait s’agir d’un cyclone !

• T’es pas sérieux !

• Oh que oui ! Même si je préfèrerais me tromper, j’aime mieux ne pas prendre de chance. Amène-toi mon cher ami et tu t’agripperas dehors sur mon dos pour que je puisse t’amener à la course jusqu’à la «Grande Caverne».

Ce n’est pas le temps de niaiser à hésiter et je me précipite à l’extérieur. Je monte à cheval sur le dos de Rémus qui décampe au galop à la vitesse de l’éclair. Je m’agrippe fermement sur son dos en le tenant par le cou pour ne pas tomber, mais sans l’étouffer par mon étreinte. Des hordes d’étalhoms s’enfuient avec nous en se faufilant dans les sous-bois. Tout le monde quitte précipitamment le village et fuit dans une direction commune. Je me tiens fermement au cou de Rémus en lui enlaçant la taille de mes jambes, mais nos corps nus sous la pluie n’aident pas ma situation. Ce contact frénétique m’excite malgré l’urgence de la
situation. Rémus s’élance entre les troncs d’arbres et j’ai beau me cramponner à son corps pour ne pas tomber dans cette course effrénée, je ne peux alors que me frotter le ventre et le sexe contre le dos chaud de Rémus qui doit bien sentir l’érection que je ne peux empêcher. Je sens travailler les muscles de son dos excitant qui ondulent sous mon corps nu au gré de sa course et des mouvements qu’il effectue pour éviter les arbres, les rochers et les obstacles. Le frottement de ma peau contre la sienne a l’effet incontrôlable de m’exciter et de me masturber involontairement contre son dos. Les fantasmes se déchaînent dans ma tête comme l’orage qui nous entraîne dans cette course folle. Je me serre fermement contre le corps puissant et très musclé de Rémus, en savourant ce plaisir particulièrement enlevant et excitant. Je me blotti en chevauchant, nu dans la pluie chaude, le dos musclé d’un homme séduisant et trois fois plus imposant que moi. Je sens travailler ses muscles entre mes bras, comme si je sentais se tortiller sous moi un bottom sensuel et affamé de désirs pendant que je l’excite en me frottant lascivement sur son dos. Et le tout arrive évidemment à déclencher mon éjaculation qui se prolonge, en augmentant ainsi considérablement mon étreinte en spasmes autant par mes bras qu’avec mes jambes, que je savoure le plus longtemps possible dans cette équitation insensée. La course est périlleuse et je sens mes forces m’abandonner après l’orgasme. Je dois faire un effort surhumain pour ne pas lâcher prise, ce qui me précipiterait dans une chute dangereuse. Je reprends alors conscience que je suis sur le dos de l’adjoint-ami de Romulus. Je me sens un peu gêné, d’autant plus que les spasmes de mon orgasme n’ont pas pu échapper à Rémus, qui semble pourtant apprécier mon corps excité agrippé sur son dos. Il se tourne la tête en me regardant dans sa course et je vois bien son sourire complice pendant qu’il continu à courir comme un cheval-fauve. Des dizaines, voire des centaines d’étalhoms s’unissent au rassemblement de cette horde qui se dirige maintenant vers une imposante falaise transpercée d’une immense ouverture dans laquelle les groupes d’étalhoms qui nous ont précédés s’engouffrent déjà. Des tas de feuilles volent au vent et les rafales s’intensifient au point que des branches accompagnent maintenant le vent qui se déchaîne. Un véritable ouragan nous tombe dessus, ou plutôt un «cyclone» puisqu’il s’est formé dans le Pacifique. La pluie s’abat en trombes lorsque nous arrivons enfin dans cette caverne grandiose dans ses dimensions et sa profondeur. Maintenant rendu à l’abri de la pluie et du vent, Rémus me fait doucement glisser de son dos par un léger mouvement d’épaule. Je suis debout et tout nu à côté de Rémus. La nudité est d’ailleurs toujours la norme chez les étalhoms. Je suis complètement trempé et je me rends alors compte que la pluie de l’orage nous a abondamment lavés et rincés. Je saute au cou de Rémus et je l’embrasse avec toute ma reconnaissance.

• Merci Rémus de m’avoir transporté jusqu’ici…

• …Et merci pour toi aussi, me dit-il alors en me coupant la parole. J’ai bien aimé ton étreinte ferme et sensuelle, pendant que tu te tenais en te frottant pour mieux te crosser sur mon dos.

• Hey ! J’ai pas fait exprès ! C’est pas de ma faute ! On était tout trempé sous la pluie et je glissais évidemment sur ton dos musclé et ruisselant…

• Calme-toi mon beau Jimmy ! Je le sais bien. Ça ne pouvait pas faire autrement. Laisse-moi quand même te taquiner un peu ! Voyons donc ! Et puis, avoue donc que t’as aimé ça orgasmer sur moi dans ton étreinte érotique…

• Ah bin, t’es pas gêné l’étalhom qui ne se gêne pas, lui, à jouer des muscles pour m’exciter… !

• Mais qu’est-ce qui se passe ici, lance soudainement Romulus qui arrive précipitamment du dehors après avoir rempli sa mission de bienveillance !

• C’est ton «sexy-boy» là, qui s’énerve pour pas grand-chose, répond Rémus. Je le taquinais sur la performance qu’il m’a fait sur le dos, ajoute-t-il en faisant un clin-d’œil à Romulus.

• C’est venu tout seul, Romulus. J’ai pas fait exprès !

• Wein pis après ! Calme-toi ! Même si t’avais fait exprès ! Y-a rien-là ! Ça ne m’étonne pas. C’est plutôt le contraire qui m’aurait surpris. Le plaisir sexuel, c’est pour tout le monde. Et toi, si cochon, me dit-il avec le sourire en me faisant un clin d’œil, je te connais très bien et je t’aime comme ça. Comment peux-tu t’imaginer que j’ai pas pensé à ça, quand je t’ai dit que je te confiais à notre ami commun, que je connais aussi très bien ? Et tout le temps que j’ai couru sous la pluie dans le village avant de revenir me réfugier ici, j’ai fantasmé et bandé naturellement en ima-ginant ton plaisir sur le dos musclé et lubrifié de notre beau Rémus. Que t’ai eu un orgasme sur le dos de mon sensuel ami, à qui je t’avais confié pour faire le trajet, c’est tout-à-fait normal et c’était même tout-à-fait prévu, dit-il en faisant maintenant un clin d’œil à Rémus. Et puis, mon beau, tant mieux pour toi et pour lui. Vous avez eu du plaisir et tout le monde est en sécurité maintenant dans la «Grande Caverne». N’aie pas peur mon amour, tout est correct et merci Rémus de l’avoir transporté en sécurité jusqu’ici tout en le faisant jouir…

• Y-a pas de quoi, mon cher ami, répond alors Rémus en nous saluant tous les deux avant de s’éloigner avec un large sourire complice.

Romulus m’attire promptement à lui et m’embrasse tendrement en voulant ainsi dissiper tout malaise. Le sexe est une réalité tellement banale ici que je me sens tout déboussolé. La tribu entière, soit une foule d’un millier d’étalhoms s’est réfugiée dans la «Grande Caverne». Romulus est rassuré de voir que Rémus a assuré ma sécurité tout en prenant bien soin de moi et que toute la tribu est aussi en sécurité. Dehors, l’orage fait rage. Les vents se déchaînent et le bruit est assourdissant, d’autant plus qu’il est amplifié par les parois rocheuses de la «Grande Caverne». Tout le monde est évidemment trempé et chacun s’anime à essuyer son voisin comme il le peut. On s’essuie. On se frotte. On se donne un petit bec «amical» qui, évidemment, n’en reste pas là. Romulus doit assumer ses responsabilités de chef et je me presse à ses côtés dans sa tournée parmi son peuple. Je l’accompagne en saluant les nombreux étalhoms qui se sentent maintenant en sécurité et ils sont ravi de voir leur chef d’aussi près ainsi que son «homme-boy», son tout nouveau conjoint. Les saluts se multiplient au gré de nos approches et les étalhoms, maintenant très excités et fermement bandés, se frottent contre nous.

• Oh boy ! Prépare-toi, mon beau Jimmy, ça va chauffer ! Amuse-toi mon amour, autant que tu le pourras ! Je pense qu’on ne pourra pas aller beaucoup plus loin ! On pourra pas y échapper… me prévient alors Romulus, comme un avertissement de ne pas résister au plaisir, dans un sourire de fausse victime, pendant qu’il s’éloigne en se faisant rapidement enlever et entrainer à travers la foule par la fougue de ses nombreux amis !

Des étalhoms se lèvent debout et les phallus se dressent comme des épées de désir. Romulus se fait happé par des étalhoms dont un qui l’embrasse, un autre le suce et un troisième le monte en l’enculant sensuellement. Je n’ai pas le loisir de le regarder très longtemps, ni de m’en approcher, que des étalhoms fougueux me coincent entre leurs corps, pendant qu’un autre s’empresse de me sucer en jouant de la langue avec une sensualité enivrante. Je vois bien que je n’ai pas vraiment le choix et je me laisse finalement aller. Je remarque alors des visages connus qui me saluent en baisant, tout sourire, parmi cette foule grouillante. Je reconnais rapidement Ef et Zak, Rémus, Jeff, le jeune Marcus, Michael et Roberto, entres autres.

Un jeune étalhom fringuant, fraichement arrivé du «Centre», qui se présente en se nommant Tom, se lève devant moi en me brandissant son fabuleux phallus très fermement bandé. Il rayonne de charme et de sensualité. Il est particulièrement beau, et même sublime. Je me fais bousculer de tous côté, mais cela ne m’empêche certainement pas de caresser et de baiser l’abdomen magnifiquement musclé de ce bel Adonis. La peau de son membre viril est claire et veinée. Son phallus exerce naturellement sur moi une attraction irrésistible et je ne peux m’empêcher de lécher son gland gonflé de désir, tout en caressant son ventre ferme de muscles abdominaux ondulés. Sa peau est douce et j’engloutis son pénis dans ma bouche, pendant que l’étalhom à quatre pattes devant moi ne cesse de s’attarder à mon membre qui m’apparait alors très en demande, à voir le regard envieux des nombreux «fans» en attente! Je lèche le phallus de Tom, complètement excité. Je veux manger toute sa sensualité. Je me penche un peu pour faire entrer son phallus dans ma bouche en m’alignant pour l’engloutir. Son long pénis commence à glisser dans ma bouche et dans ma gorge affamée de désir. Dans cette position, je présente ‘‘dangereusement’’ mon derrière qui ‘‘espère’’ pourtant déjà, secrètement ! J’ai à peine le temps de reprendre ma respiration que je vois approcher, comme dans un rêve, un superbe étalhom blanc. Je le reconnais aussitôt. C’est mon beau blond Michael qui me salut, m’embrasse en me chuchotant quelques mots très cochons à l’oreille, pour aussitôt me contourner et se placer derrière moi en tassant les autres. Mon bel étalhom de rêve se lève derrière moi et se met en position pour me monter. Michael enligne son membre viril dans mon cul et commence à m’enculer lentement. Enfin! Je l’avais bu hier, mais j’avais aussi tellement désiré qu’il me fourre. Maintenant il est là. Je sens rentrer dans mon corps le fabuleux et symbolique membre phallique de ce magnifique étalhom blanc qui m’a si intensément fait fantasmer hier durant la Grande Fête, sans avoir eu la chance de me faire prendre par ce beau mâle si charnellement viril. J’expulse alors temporairement le pénis de Tom en prenant une grande respiration pour lâcher aussitôt un profond gémissement de plaisir. La jouissance m’habite par les deux bouts de mon corps.

Au-dessus de moi, mes deux géants s’embrassent. Je regarde le magnifique corps de Tom dressé et bandé devant moi. Je suis comblé de plaisirs. Son torse sculpté d’abdominaux sexy au possible m’excite à m’en faire baver, encore une fois, devant tant de charme et de sensualité. Je tiens son phallus à deux mains et je l’engloutis de nouveau au fond de ma bouche en alternant avec mes respirations. Mon top Michael m’encule avec douceur en augmentant progressivement sa fougueuse domination de mâle en action. Il me veut lui-aussi. C’est évident. Il me prend. Me fourre. Je le sens savourer ce moment qu’il espérait visiblement lui aussi. Il me tient fermement par la taille et me fourre profondément. Je sens sa grosse poche de sperme bousculer la mienne à chaque fougueux mouvement de bassin qu’il vient frapper contre mes fesses. Il m’excite et me rentre son immense phallus dans le corps avec une vigueur étourdissante. J’ai les jambes molles d’ivresse alors que j’ai la gueule remplie du sexe de Tom d’une fermeté extraordinaire. Tom me tiens par la tête et suit le mouvement de son sexe dans ma bouche. Il augmente la fermeté de sa prise en m’enfonçant son phallus avec une fougue grandissante. Le souffle court, avec des spasmes au ventre, il explose dans ma bouche en me propulsant un immense flot de sperme qui déclenche ma propre éjaculation dans la gueule de l’étalhom qui attendait activement mes giclés de sperme chaud. Michael qui m’encule depuis un bon moment ne peut s’empêcher d’éjaculer son flot de semence virile dans mon corps. Je savoure enfin la jouissance de satisfaire mon fantasme, tant espéré, de me faire ensemencer par mon bel étalhom blanc «Michael» en me faisant inonder l’intérieur du corps de tout son code génétique. Mon imaginaire s’emballe dans l’envie. Je veux follement qu’il transfert dans mon corps tout son charme et sa virile beauté. Je le désire dans mon corps. Le souffle court et épuisé, je sens mes forces me lâcher et je m’affaisse au sol. Michael et Tom élèvent la voix pour écarter les nombreux étalhoms qui nous entourent et m’aident à me relever pour me conduire un peu à l’écart de cette foule en liesse. Rémus et Roberto se précipitent eux aussi à mon secours, mais mes deux partenaires sexuels les rassurent et ils retournent avec ceux qu’ils avaient momentanément délaissés. Les gémissements de jouissance de cette foule en orgasmes ininterrompus résonnent en écho dans la Grotte qui, elle aussi, semble secouée de spasmes sonores. Plein de reconnaissance, je remercie chaleureusement Michael et Tom qui viennent de me sauver de cette mer de corps exaltés et plus ou moins attentifs à ceux qui les entourent, étant entièrement concentrés sur ceux avec qui ils baisent. Tom s’assure que je suis en sécurité et ses amis viennent le rejoindre pour qu’il retourne baiser avec eux. Je le rassure et lui dis qu’il peut maintenant retourner auprès de ses amis. Je suis à l’abri dans une petite alcôve en surplomb dans la Caverne. Je me tourne alors vers mon beau Michael. Et c’est alors qu’il me révèle des confidences étonnantes…

À suivre…

Chers lecteurs, j’aimerais bien recevoir vos critiques, commentaires et impressions sur cette Aventure chez les «Étalhoms»!

Écrivez-moi à «etalhom@gmail.com»

La Grande Fête des noces… parmi les «Romuliens» – Partie X

L’Île des « Lovers » Au Pays des Étalhoms – Partie XI

Vous pouvez aussi lire!

The Sacred Band of Thebes Part 2 : qui sera le meilleur guerrier ?

Après avoir lancé la première partie le 23 novembre dernier, le fameux Vendredi Noir, Men.com mettra en ligne la partie 2 de

Read More...

Ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas !

On entend cette expression assez souvent pour décrire la vie délurée des gens qui y font une visite. Tablant

Read More...

La double pénétration d’Alessio !

Les amateurs à la fois de baises hard et de bareback (sexe sans capotes) seront choyés ici avec cette

Read More...

LAISSEZ UNE RÉPONSE:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu

Avertissement !

«Vous entrez dans une zone réservée aux personnes adultes de plus de 18 ans. Les pages de cette zone contiennent des images et des textes s'adressant uniquement à un public adulte averti. Si vous êtes âgés de moins de 18 ans ou si la vision et/ou la lecture de documents à caractère sexuel entre hommes vous déplait, ne rentrez pas dans cette zone et cliquez sur« NON ».

En cliquant sur « OUI », vous confirmez être âgé de plus de 18 ans et être conscient d’entrer dans une zone adulte. Vous acceptez les conditions suivantes :

- Je n’accède pas à ces pages depuis un pays qui interdit la présentation de documents à caractère sexuel ou homosexuel.
- Je ne dévoilerai pas le contenu de ce site à une personne mineure ou à une personne majeure non consentante. - Je consulte ce site depuis mon propre domicile et pour mon usage strictement personnel.
- Je ne considère pas que ce matériel puisse être offensant.
- Je ne pourrai, en aucun cas, poursuivre l'éditeur ou l'hébergeur de ce site ni les personnes ayant participé à la réalisation de ce site pour quelque raison d'ordre moral que ce soit.
- Je n'entre pas sur ce site avec l'intention de nuire.
- Je n'utiliserai, ne copierai ni ne transmettrai de quelque manière que ce soit le matériel contenu sur ce site et protégé par les lois du droit d'auteur et de la propriété intellectuelle.
- Je suis parfaitement conscient que si l'une au moins de ces conditions ne me convient pas et que j'entre malgré tout sur le site, je ne pourrai pas poursuivre l'éditeur du site pour quelque raison que ce soit.