Une bien bizarre bouteille! – La découverte – Partie 1

Dans Étalhoms, Histoires de cul
Raging stallion studios sexo en barcelona part2
Raging stallion studios sexo en barcelona part2

Une découverte, faite au bord de la mer lors d’un voyage à Vancouver, m’incite à partager le «Journal de bord» d’un inconnu, un aventurier apparemment comblé. En effet, j’ai ramassé une grosse bouteille brune d’un gallon impérial qui, un peu comme dans les films Hollywoodiens et les contes fantastiques, contenait un

 Raging stallion studios sexo en barcelona part2

texte écrit en caractères si minuscules que j’en ai eu pour des mois à en déchiffrer le très long récit. L’histoire semble tout droit sortie de l’esprit d’un fou furieux ou d’un aventurier gai échoué sur une île inconnue, qui raconte avoir rencontré ses plus improbables fantasmes dans une expédition réelle qui se destinait pourtant au départ vers les Îles Galápagos. Voici le récit d’une partie de son journal :

«Je ne peux pas croire ce qui m’arrive. Je me suis réveillé seul échoué sur une plage. Je ne retrouve aucune des autres personnes qui m’accompagnaient dans cette expédition aux Îles Galápagos. Or la présente île où j’ai atterri ne ressemble en rien aux films documentaires montrant ces célèbres îles avec lesquelles je m’étais préparé pour cette expédition exploratoire de recherche sur l’évolution. Où suis-je donc tombé? Où sont les autres membres de l’expédition? Tout ce dont je me souviens, c’est de la terrible tempête qui secouait violemment l’avion dans une orgie d’éclairs et de bourrasques avant que les pilotes n’en perdent le contrôle. Je revois ensuite des images de tourbillons d’eau qui remplissaient la carlingue. Ensuite plus rien. Je me suis réveillé avec mes vêtements en lambeaux, seul sur une plage de sable couvert de toutes sortes de débris flottants et apportés par les vagues sur la grève. J’ai eu beau chercher, je n’ai retrouvé personne. J’ai bien peur d’être le seul survivant. Je me sens peiné et très désolé pour mes pauvres compagnons, dont certains étaient des amis d’étude qui venaient de graduer avec moi. J’étais ainsi accompagné de quelques professionnels de ma promotion. Mais là, il n’y a plus personne. J’ai toujours mon petit journal avec moi, mon petit sac à dos ayant miraculeusement survécu, et j’ai pu récupérer quelques effets personnels de base que j’avais pris pour le voyage, ainsi que des dessins de Chris Sawyer et ma revue «Haute Tension No 1» de Patrick Fillion et H & O qui ne me quittent jamais. Me retrouvant seul avec moi-même, je ne peux m’empêcher de tout décrire ce qui m’arrive, comme j’ai toujours eu l’habitude de faire depuis ma jeunesse pour marquer les divers cheminements de ma vie. Ça m’a semblé un peu narcissique au début, mais j’avais besoin de m’exprimer dans ma solitude, et comme le recul m’a fait relire certains événements de ma vie en les éclairants d’un sens différent, je continue à éclairer Freud et à documenter ma vie. Je pars donc explorer cette île qui me sauve la vie et qui m’est totalement inconnue. C’est la première fois de mon existence qu’il m’arrive une chose aussi bizarre. Je voulais explorer, alors là je suis servi!

Raging stallion studios sexo en barcelona part2

Torse musclé et taillé comme celui des gymnastes olympiques!

L’île semble très vaste et j’ai l’impression de vivre isolé dans un cauchemar. Je suis perdu sur une île tropicale inconnue et complètement seul, comme un Robinson Crusoé. Le paysage un peu brumeux qui s’étale au loin devant moi est entouré de hautes montagnes au centre desquelles s’étend une immense vallée de forêts parsemées d’éclaircis, de falaises et de pics rocheux. Quelques nuages agrémentent le ciel entre ces montagnes, alors que le ciel derrière moi au-dessus de la mer environnante est complètement dégagé. On dirait que cette nature bénéficie d’un microclimat plus que favorable. Une rivière se jette dans la mer. L’eau douce et claire me permet cependant de m’abreuver et d’étancher ma soif. Des poissons viennent quelques fois sauter à la surface. Ça me rassure un peu de savoir qu’il y a là une source de protéines. J’ai vu, plus tard, des arbres fruitiers qui m’ont aussi rassuré et souvent sustenté. L’île, couverte de forêts luxuriantes dans laquelle je m’engage en longeant la rivière, me fait penser au film «Jurassic Park III» où un homme, Ben, amène son neveu Éric explorer l’île «Isla Sorna» à 207 milles à l’Ouest du Costa Rica. Ici je me situe quelque part en plein Océan Pacifique, mais l’avion a dévié longuement de sa trajectoire sur une distance et une direction qui me sont inconnues. J’arrive soudainement dans une clairière et je vois, à ma droite au loin en lisière de forêt, ce qui m’a d’abord semblé des chevaux bruns aux reflets dorés en train de s’accoupler. Je me suis arrêté un instant pour regarder ces ébats, sachant que la relation sexuelle chez les chevaux ne dure pas plus de 20 à 30 secondes. L’évolution leur ayant appris que dans cette position précaire, ils avaient intérêt à faire vite pour éviter de se faire surprendre par leurs prédateurs. Or les secondes et les minutes passent et l’étalon continu inlassablement à fourrer sa femelle sans se presser et… bizarrement, je dirais plus «sensuellement» que les grands coups rudes que donnent habituellement les étalons en rut. À cette distance, je distingue difficilement ces silhouettes en partie cachées d’ailleurs par les feuillus mais… il me semble que l’étalon se courbe le dos d’une façon étonnante et qu’ils ont le museau étrangement court. Ayant toujours été excité, même obsédé par le sexe et particulièrement par les long phallus, la curiosité m’entraîne spontanément à quitter le bord de la rivière pour m’approcher d’eux le plus silencieusement possible, aidé en Raging stallion studios sexo en barcelona part2cela par le vent qui, dans les arbres, fait chanter les feuillus. Des arbustes et des herbes hautes me voilent la vue jusqu’au moment où un petit promontoire me permet d’apercevoir «L’INCROYABLE».

J’avais cru voir la forme de deux étalons de type «Morgan», plus racés et musclés donc que des «Mustang», mais leurs corps souples comme des félins a pourtant bel et bien la forme d’un torse humain bien musclé et taillé comme celui des gymnastes olympiques! Et leurs membres sont hallucinants, autant leurs pattes sont constituées comme des bras et des jambes! Mais ce qui m’a complètement sidéré, non pas le fait que ce sont deux mâles, à voir l’énorme pénis d’un mètre de long chez celui qui se fait monter, c’est leurs cous un peu semblable aux chevaux et leurs têtes de forme «absolument HUMAINE», hormis leurs oreilles situées au-dessus de leurs têtes comme chez les chevaux. Je fige sur place. Tétanisé. Mon cerveau n’arrive plus à suivre ce que je vois devant moi. Suis-je tombé sur une île d’avatars?

Je me sens plongé dans une réalité fantastique qui ressemble plus à la mythologie qu’à l’ère du Jurassique, et moins encore à ma réalité habituelle du monde connu avec ses découvertes scientifiques. Là, ça dépasse l’entendement! C’est davantage un homme au corps immense avec un gabarit de cheval, des bras musclés et souples avec ce qui ressemble à des mains aussi longues que l’avant-bras, des cuisses puissantes et des pieds aussi longues que les jambes, mais qui prennent appui sur le bout des pieds comme les chevaux et la plupart des quadrupèdes, mais sans sabots et davantage à la façon des grands chiens ou des loups. Leurs tailles sont aussi fines que souples et leurs fesses sont aussi rondes et sensuelles que celles d’un jeune homme sportif, à la différence qu’elles sont coiffées d’une queue de cheval aux longs crins avec laquelle ils chassent les moustiques. Leur peau humaine, sans poils comme nous, ressemble à une peau bronzée aux couleurs miroitantes des chevaux bruns en plein soleil, mais aussi sexy que la peau de jeunes surfeurs. De véritables êtres mythiques, mais réels! Je les vois devant moi et je n’arrive pas à y croire. Je me pince et je ressens de la douleur. Je suis donc vraiment dans le réel! Ce ne sont pas des chevaux mais des hommes modifiés et immenses se tenant à quatre pattes, comme s’ils avaient muté en une espèce inconnue. Leurs corps sont ma-gnifiquement musclés. Je peux voir la puissance et la fougue qui s’animent dans le dos musclé de celui qui monte l’autre à quatre pattes. Les trapèzes derrière la longue nuque sont impressionnants, sans parler du grand dorsal terriblement développé, qui donne au bottom un profil remarquable et au top un dos en «V» majestueusement puissant. Et il s’arque presqu’en deux pour enculer très profondément le bottom qui en râle comme un perdu. Un homme mesurant six pieds et trois pouces comme moi, (bien que mes amis m’aient surnommé le «géant Boa» parce que je suis un peu disproportionné avec un torse plus allongé), arriverait tête-à-tête à la même hauteur que le visage de ces étranges hommes marchant cependant appuyé sur leurs quatre membres. Un homme de 195 livres comme moi se retrouve ainsi comparé à ces étranges «hommes» avoisinant les 600 livres tout en muscles et d’une étonnante souplesse un peu féline, à voir le mouvement sensuel de leurs étreintes. Des super hommes géants! Serait-ce donc des mutants? Des hommes qui auraient hérité de certains gènes du cheval et des félins? Des femmes auraient-elles accouché après s’être accouplé avec des animaux? Je ne peux supporter l’idée de cette horreur. Non, ça doit sûrement être autre chose. Mais ce qui est certain, c’est que je découvre ici un «Monde Perdu» étrange et mystérieux.

Des questions scientifiques me mitraillent le cerveau sans voir un horizon de réponses. L’anthropologue en moi vit un véritable nirvana devant cette découverte extraordinaire et absolument historique, mais un calvaire devant tant de mystères sans moyens pour en trouver des réponses. L’histoire de l’Évolution ne nous a rien révélé de tel. Seraient-ils le fruit d’expériences génétiques? Mystère. Pourtant ils sont là à baiser comme des hommes en chaleur ou en rut. À voir le très long pénis généreusement veiné de celui qui se fait enculer par l’autre, je vois bien que c’est un pénis résolument humain malgré sa taille gigantesque. Ce qui fait office de gland chez un cheval est très différent de ça. Pas de doute là-dessus, même si le pénis semble comporter ce léger renflement, ou saillie en collet, que l’on observe sur les pénis des chevaux, ce pénis est semblable à celui des humains hormis sa taille, et son gland est identique à celui d’un homme bandé. D’ailleurs, quel magnifique gland gonflé et légèrement allongé! Et quel phallus! Stupéfaction totale. J’en ai la mâchoire pendante et la queue bandée.

Comme bien des femmes et la plupart des gays que je connais, dont moi-même, je vois l’incarnation de leurs fantasmes les plus extravagants. Un homme musclé bien découpé et membré comme un étalon, le corps racé comme un pur-sang, mais souple comme un félin. Un homme bâti comme un cheval et monté sur un «frame» de chat! Je vois des étalons-hommes félins, ou des hybrides «étalhoms», en plein action de baise torride. Des mâles géants en chaleur qui se démènent fougueusement dans une souplesse musclée, tendre et vigoureuse à faire rêver! Bien plus, à en faire baver! Je n’en crois toujours pas mes yeux, mais je suis bandé comme un satyre.Le spectacle qui s’offre à ma vue dépasse mes fantasmes et mes rêves les plus fous. Le top étalhom serre l’autre de ses bras puissants tout en l’embrochant de son long membre viril enfoncé dans les fesses du bottom qui râle de jouissance à chaque puissant, mais sensuel mouvement de bassin. Le bottom étalhom se bouge le derrière en suivant le mouvement du top comme une vague.

Raging stallion studios sexo en barcelona part2Les deux amants gémissent bruyamment de plaisir, pendant que le troisième a la bouche très occupée…

L’étalhom-top embrasse son compagnon dans une étreinte sensuelle et virile, fougueuse et passionnée. Leur long cou flexible leur permet de s’embrasser passionnément comme s’ils étaient presque face-à-face. La tête et le très beau visage de l’un d’eux me font soudainement penser au gars de la page frontispice de la Revue Fugues, je pense d’avril 2012. Le dos du top, musclé comme un gymnaste, montre le travail des muscles du mâle en pleine jouissance qu’il serait bien malvenue d’interrompre. Le mouvement de bassin de l’étalhom est puissant et rythmé apparemment par son plaisir fougueux, mais aussi par le plaisir de son partenaire pour bien lui faire sentir sa pénétration sensuellement profonde.

À chaque lent mouvement de bassin maintenant, il s’engouffre progressivement et profondément dans le corps de son bottom en extase. Celui qui se fait ainsi virilement prendre ouvre la bouche dans des grands gémissements de jouissance à chaque mouvement. L’étalhom le fourre sensuellement à la manière «doggies-style» par son étreinte, ainsi que par la forme et la position de ses jambes enserrant le bassin du bottom. Il s’appuie sur le bout des pieds, en montrant ainsi la puissante fougue animale qui gouverne son désir. Un peu comme s’il enlaçait un «doggie-boy» de ses bras en le montant fougueusement, il masturbe sensuellement le très long phallus du bottom sous lui qui est appuyé sur ses quatre membres. Je suis déjà bandé et excité à en perdre la tête, lorsque soudain, je vois apparaître un autre étalhom qui s’approche. Les deux amants le regardent, tout simplement, sans cesser leurs ébats et le troisième fait un geste étonnant. Il appui son bras droit sur le sol devant lui en se baissant la tête dans un geste de salutation et de respect. Les autres lui répondent par un signe semblable sans arrêter leur accouplement sensuel. Le troisième embrasse les amants l’un après l’autre et va s’étendre tout simplement sous le bottom en lui empoignant l’immense phallus d’une main et commence à le lécher généreusement de sa longue langue. Le spectacle est grandiose. Il se met alors à lui sucer le bout du pénis en le faisant pénétrer un peu plus à chaque mouvement de va-et-vient dans sa bouche. Le bottom gémit de plaisir. Le nouveau se déplace alors pour se positionner face au pénis et le bottom se soulève un bras du sol pour laisser passer le «fellateur» qui vient ainsi se placer entre les pattes avant du bottom. Il reprend la fellation en rentrant de plus en plus le long phallus du bottom dans sa bouche graduellement jusqu’à sa base. C’est complètement hallucinant! L’étalhom, sous le bottom, engloutit tout l’immense phallus, le cou allongé, au fond jusqu’à la base. Il suce en se tortillant de plaisir dans ce qui ressemble à une excitante dégustation de virilité. Le top semble lui aussi très excité par les réactions de jouissance supplémentaires que ressent le bottom, pendant qu’il l’étreint de ses bras puissants sans cesser de l’enculer sensuellement et profondément. Les deux amants gémissent bruyamment de plaisir, pendant que le troisième a la bouche très occupée… Celui-ci se retourne alors sur le dos comme un gros chat, sans cesser de sucer le bottom et il est «bandé comme un étalon», selon l’expression consacrée qui prend ici tout son sens. Il a le phallus du bottom au fond de sa bouche pendant qu’il se masturbe. Ça ne lui prend pas un très long moment, excité par de tels ébats, pour que son orgasme se déclenche comme une lance de pompier en lâchant le phallus du bottom qui reçoit alors les jets de sperme sous ses pectoraux et sur son pénis. Ses longs râlements de jouissance finissent par se calmer. Il reprend son souffle avant de se relever. Il embrasse les deux amants qui répondent chacun à son salut comme ils peuvent entre leurs gémissements de plaisir. Après quoi, il s’éloigne lentement pour disparaître dans la forêt. Étrange scène, mais particulièrement excitante bien qu’un peu étonnante! Je reste aussi étonné de voir que le bottom n’a pas encore éjaculé en se faisant sucer comme ça, tout en continuant à se faire enculer sensuellement par le top. On dirait qu’il veut et est capable d’étirer son plaisir avec son partenaire! Quel contrôle! Le couple continu à se caresser dans cette étreinte sensuelle. Il se baise en ondulant comme des amants-fauves. Le top chevauche son bottom avec une fougue presqu’animale de sensualité et de tendresse humaine. C’est d’abord un homme, mais aussi une «bête de sexe» comme disaient mes amis comblés par leurs conjoins. Il chevauche le derrière de son compagnon comme un amant amoureux et passionné. Le mouvement viril de ses hanches qui engouffre sensuellement son immense pénis profondément dans le cul de son partenaire me fait littéralement vibrer d’excitation. Le plaisir ne semble pas avoir besoin de rudesse ici pour augmenter l’intensité tant il entre profondément. Je fantasme en m’imaginant volontiers à la place du chanceux qui se fait ainsi prendre sexuellement par un tel mâle. Le top augmente sa cadence et encule le bottom avec une fougue vigoureuse. Le bottom râle sa jouissance complètement en transe, alors que le top s’arque par en avant et se plie vigoureusement presqu’en deux, tout en propulsant son immense phallus dans le cul du bottom qui lâche d’abondants jets de sperme pendant que le top éjacule en même temps son flot de semence dans le corps de l’autre. Leurs puissants râlements de jouissance coordonnée résonnent dans le sous-bois avec tant d’intensité qu’ils semblent faire jouir la forêt elle-même.

La rencontre – Une baise torride – Partie II

L’apprivoisement – Les amants s’enracinent – Partie III

Photos : Raging stallion studios sexo en barcelona part2

Vous pouvez aussi lire!

Ryan Bones fourre Riley Mitchel

Dans une autre belle vidéo bareback et hard de Bromo.com, les dominants Jack Kross et Ryan Bones mettent à rude

Read More...

Brian Gibson : mignon à croquer

Qui est Brian Gibson ? C’est la toute nouvelle trouvaille de 8teenboy.com ! Ce jeune homme de 19 ans vient d’être embrigadé

Read More...

Masturbation Station – Raging Stallion Studios

Masturbation Station Masturbation Station Raging Stallion Studios Réalisé par Steve Cruz Avec Riley Mitchell, Colby Tucker, Kurtis Wolfe, Dante Colle, Cris Knight, Teddy

Read More...

3 commentsOn Une bien bizarre bouteille! – La découverte – Partie 1

  • Internet Explorer 11.0 Internet Explorer 11.0 Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
    Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64; Trident/7.0; rv:11.0) like Gecko

    Quelle histoire extraordinaire ! Et WOW ! Merci à ZIP de nous en faire profiter. Ça fait RÊVER.

    • juancarloscasado2017
      Safari 10.1.1 Safari 10.1.1 Mac OS X  10.12.5 Mac OS X 10.12.5
      Mozilla/5.0 (Macintosh; Intel Mac OS X 10_12_5) AppleWebKit/603.2.4 (KHTML, like Gecko) Version/10.1.1 Safari/603.2.4

      Merci Raymond ! D’autres articles seront publiés prochainement sur les Étalhoms.

  • Firefox 67.0 Firefox 67.0 Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
    Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; Win64; x64; rv:67.0) Gecko/20100101 Firefox/67.0

    29 mai

    Hallucinant d’extase! Ca fait rever du Saloon d’autrefois!

LAISSEZ UNE RÉPONSE:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu

Avertissement !

«Vous entrez dans une zone réservée aux personnes adultes de plus de 18 ans. Les pages de cette zone contiennent des images et des textes s'adressant uniquement à un public adulte averti. Si vous êtes âgés de moins de 18 ans ou si la vision et/ou la lecture de documents à caractère sexuel entre hommes vous déplait, ne rentrez pas dans cette zone et cliquez sur« NON ».

En cliquant sur « OUI », vous confirmez être âgé de plus de 18 ans et être conscient d’entrer dans une zone adulte. Vous acceptez les conditions suivantes :

- Je n’accède pas à ces pages depuis un pays qui interdit la présentation de documents à caractère sexuel ou homosexuel.
- Je ne dévoilerai pas le contenu de ce site à une personne mineure ou à une personne majeure non consentante. - Je consulte ce site depuis mon propre domicile et pour mon usage strictement personnel.
- Je ne considère pas que ce matériel puisse être offensant.
- Je ne pourrai, en aucun cas, poursuivre l'éditeur ou l'hébergeur de ce site ni les personnes ayant participé à la réalisation de ce site pour quelque raison d'ordre moral que ce soit.
- Je n'entre pas sur ce site avec l'intention de nuire.
- Je n'utiliserai, ne copierai ni ne transmettrai de quelque manière que ce soit le matériel contenu sur ce site et protégé par les lois du droit d'auteur et de la propriété intellectuelle.
- Je suis parfaitement conscient que si l'une au moins de ces conditions ne me convient pas et que j'entre malgré tout sur le site, je ne pourrai pas poursuivre l'éditeur du site pour quelque raison que ce soit.