La Grande Fête des noces… parmi les «Romuliens» – Partie X

Dans Étalhoms, Histoires de cul

L’Île des « Lovers » • Zip #99 – 107

Jimmy a échoué sur une île inconnue après un crash d’avion. Il a découvert sur l’île une nouvelle race d’hommes génétiquement modifiés : des hommes-étalons-léopards, les «Lovers». Il a fait la connaissance d’un premier Étalhom, dont il est tombé amoureux. AlphaRomulus, qui est aussi le chef de la tribu des Romuliens, et qui a entrepris de lui faire visiter l’Île pour lui faire découvrir son Monde où le sexe est aussi vital que le besoin de respirer. Jimmy nous livre le récit de ses découvertes et ses aventures dans son journal. Les noces d’AlphaRomulus et de Jimmy se déroulent à travers une orgie généra-lisée qui éclate dans l’ensemble du village des «Romuliens». La Grande Fête donne lieu à des échanges de corps lascifs et des expériences étrangères à tout ce qu’a connu Jimmy dans sa vie parmi les humains sur le continent. Il découvre les mœurs des étalhoms en les vivant intensivement de l’intérieur. Il poursuit son récit.

Les râlements de jouissances continuent de la foule qui nous entoure dans cette Fête grandiose et ajoutent à l’ambiance torride de cette orgie titanesque. Des étalhoms «en chasse de plaisirs» courent entre les groupes occupés à se monter entre eux. Ils attrapent des célibataires ou se joignent à des étalhoms déjà occupés en les montant pour les enculer fougueusement. Là, un jeune étalhom a un collier et une longue chaine, qui lui pend au cou, pendant que son Master-Top l’encule avec vigueur. Un peu plus loin, entre les masses d’étalhoms qui se montent à plusieurs, un étalhom frappe à grands coups de claque, les fesses rougies de celui qui se tient à quatre pattes devant lui, Il le monte ensuite et l’encule un peu violemment en faisant râler de jouissance son jeune amant. Un autre est couché sur le dos et caresse son partenaire étendu sur lui en l’étreignant, pendant qu’il se fait ainsi enculer et posséder profondément. Ils en gémissent tous les deux de plaisir. Plusieurs commencent à chanceler d’ivresse et se font monter par des jeunes célibataires de 16-17 ans, au gabarit d’adulte naturel, qui profitent de ces opportunités inattendues. Les étalhoms sont majeurs à 16 ans et viennent de quitter le «Centre». Ils enculent frénétiquement les étalhoms ivres qui jouissent en riant bruyamment. Un étalhom mature caresse un jeune étalhom de 16 ans nouvellement arrivé. Il le monte ensuite, d’abord doucement et de plus en plus vigoureusement, en le faisant râler de plaisir. Les immenses phallus se font fougueusement sucer, alors que d’autres s’engouffrent dans les culs jouissifs et que les poches viriles se bousculent les unes aux autres. Les scènes et les positions varient à l’infini dans cette foule exaltée qui s’étend à perte de vue.

Je me fais enculer par Roberto, pendant que je suce Michael qui se fait lui-même enculer par Marcellus, alors que Jeanus me suce la queue. La jouissance est totale et mon extase flirte avec le délire dans un plaisir incontrôlable. Je commence à trembler de plaisir, alors que Michael s’arque soudainement le dos en lâchant de puissants râlements de jouissance dans un orgasme qui le secoue de la tête aux pieds. Son phallus me gicle de puissants jets de sperme qui m’inonde le fond de la gorge et j’avale ce précieux nectar alors qu’un léger surplus déborde hors de ma bouche. Ses puissants spasmes orgasmiques déclenchent l’orgasme de Marcellus qui l’embroche depuis un bon moment, et Roberto qui m’encule resserre soudainement son étreinte avec fougue et me fourre profondément en me lâchant son flot de sperme viril dans le corps. Michael se fait remplir de sperme, pendant que je tressaille violemment de plaisir en propulsant, moi-aussi, une abondante éjaculation de sperme dans la gorge de Jeanus qui n’avait pas lâché ma queue bandée. Une telle explosion d’orgasmes synchronisés m’apparaît complètement délirante, comme si l’orgasme d’un participant déclenchait celui des autres tant le plaisir de jouir est communicatif et intensément partagé! Je m’affaisse sur le sol en même temps que les trois étalhoms qui ont dansé le sexe avec moi. Jeanus, qui a bu mon sperme humain, est ravi et nous salue rapidement avant de s’éloigner en quête d’un autre partenaire, tout en s’enorgueillissant d’avoir bu du sperme d’homme. Je suis exténué et j’ai peine à reprendre mon souffle, de même que mes trois compagnons qui râlent encore un peu, essoufflés.
– Vous n’êtes pas très en forme, les boys, leur dis-je, avec un petit sourire moqueur!

– Hey, le comique, réponds Michael! T’as encore moins de souffle que nous autres, fait que…

– Je le sais bien mon cher Michael, j’vous taquine. Prend-pas ça de même!

Nous échangeons quelques balivernes et des rires communicatifs, pendant que nous finissons de reprendre notre souffle dans la détente. Je regarde encore mon bel étalhom blanc, Michael, qui m’a comblé de sa semence virile. J’aurais bien aimé aussi me faire prendre par ce superbe mâle et sentir son fabuleux phallus me rentrer dans le corps dans un interminable va-et-vient de possession virile. Je caresse secrètement le rêve d’une reprise, une autre fois peut-être… L’amitié semble ici généralisée par une telle intimité partagée ouvertement. Je cherche Romulus du regard et je l’aperçois à quelques pas, en train de continuer de se faire prendre dans le cul par Rémus toujours monté sur son dos, mais qui se fait monter maintenant lui-aussi. Je viens d’éjaculer et je suis encore excité, mais je sens maintenant un léger pincement au cœur. Rémus est positionné à califourchon sur mon amant et le caresse très tendrement. Ils s’embrassent sensuellement et Rémus lui caresse le corps et le long cou, pendant que Romulus se tortille de plaisir. Il continue de l’étreindre et se met alors à masturber le phallus de Romulus, pendant que l’étalhom qui le suce sous lui ne lâche pas le bout de sa prise virile. Or Rémus se fait lui-aussi monter par un étalhom qui le tient par la taille et l’encule copieusement d’une fougue vigoureuse. J’avais un peu perdu de vue Romulus et ses amis, pendant que je me faisais payer une traite sexuelle mémorable par mes nouveaux copains. Mais là, je suis assis par terre et j’observe tranquillement mon amant «s’amuser», pendant que je relaxe en me reposant un peu pour reprendre mon souffle et mes forces. Je ne peux m’empêcher de sentir au fond de moi une résistance à me convaincre qu’il ne s’agit-là que d’un jeu sexuel sans lien avec mon amour pour Romulus. Je dois pourtant me ressaisir et participer à la fête. Je suis entouré d’une foule d’étalhoms en délire de jouissance et la musique des râlements orgasmiques ininterrompus participe à l’ambiance orgiaque de la Noce. Je regarde Romulus gémir et même râler de plaisir. Son ami Rémus ondule sensuellement sur son dos. Je le vois se cambrer les reins pour sortir son long phallus et s’arquer ensuite lentement en glissant sensuellement son immense membre dans le cul de Romulus qui gémit de plaisir à répétition, alors que Rémus commence à accélérer. L’étalhom derrière Rémus ne relâche pas son étreinte et l’encule fougueusement lorsque le corps de Rémus se met à vibrer et tressaille de spasmes violents. Il lâche des râlements de jouissance si puissants que l’excitation gagne l’étalhom derrière lui, qui s’arque lui-aussi en lâchant sa décharge de sperme en même temps que Rémus projette son flot de laitance crémeuse dans le corps de Romulus. Mon amant ne peut résister à une telle vague de jouissance. Il éjacule lui-aussi dans la gorge de l’étalhom sous lui, qui passe tout près de s’étouffer, mais qui réussit tout de même à avaler cette précieuse semence de virilité. Les trois mâles râlent encore de jouissance pendant un bon moment avant de s’affaisser et de reprendre lentement leur souffle, pendant que l’étalhom qui a reçu le sperme de Romulus les salue avant de s’éloigner. Je me relève et m’approche de mon «inséparable amant». Il ruisselle de sueur en me regardant avec son délicieux sourire et la satisfaction dans les yeux. Je m’assois près de lui.
– Comment ça va mon amour?

– Très bien mon gros loup. Je te regardais jouir avec tes amis et j’étais excité de te voir jouir de tant de plaisir avec eux, même si j’aurais voulu être à leur place et dans tes bras, mon amour. C’est encore un peu étrange tout ça pour moi, mais je pense que je finirai «peut-être» par m’habituer à cette liberté sexuelle. Il y a ici une harmonie qui me dépasse et qui commence à me faire comprendre, en partie, l’ouverture sexuelle des couples à l’ensemble du peuple des «Lovers». J’ai eu un flash tantôt, pendant que je jouissais à me faire prendre de tout bord, en pensant à toi. J’ai senti que je participais tout-à-coup, dans le tourbillon de jouissance partagée librement avec mes copains d’orgie en face de toi, en pleine jouissance toi-aussi, à votre nature lubrique, sensuelle et érotique dans cette liberté totalement partagée entre vous. Je sens et je pense tout-à-coup, que je fais maintenant partie «de la communauté des Lovers» et je comprends maintenant un peu plus de l’intérieur, votre liberté érotique dont tu me parlais.

– Wow! Et tu viens de te rendre compte de tout cela le jour même de notre union! C’est extraordinaire, mon amour! Moi aussi je te regardais jouir avec Michael, Marcellus, Roberto et Jeanus. Tu étais tellement beau à te regarder dans les extases de plaisir avec tes gémissements que je les partageais de tout cœur avec toi. Je te voyais jouer et t’amuser si intensément avec mes amis, que j’en jouissais avec toi tout en ayant hâte de te rejoindre.

– Moi-aussi j’avais hâte… mais tu les connais tous les quatre?!

– Bien sûr! C’est des étalhoms de ma tribu et on socialise continuellement, comme tu peux maintenant t’en rendre compte. Et moi aussi je les trouve beaux. Ils sont vraiment séduisants, n’est-ce pas? Comme la plupart des étalhoms d’ailleurs, comme tu as pu le constater par toi-même. Tout le monde baise ensemble depuis toujours et comme les hommes, qui nous ont fabriqués, nous ont fait sensuels, lubriques et instinctivement insatiables de luxure, nous ne pouvons faire autrement que de baiser naturellement sans arrêt. J’ai baisé plusieurs fois avec chacun de tes nouveaux copains et tous les autres aussi. Tu verras avec le temps que toi-aussi tu vas baiser avec tous ceux que tu désireras avec moi. Et même si tu désires un étalhom qui te veut, mais qui ne m’intéresse pas, pour quelque raison que ce soit, ça ne t’empêchera pas de t’amuser avec lui et je prendrai plaisir à te regarder baiser et jouir avec le corps du mâle qui t’attire et t’excite. Nous sommes unis par l’amour et resterons unis l’un avec l’autre à travers nos aventures que nous partageons déjà. Je peux très bien m’amuser comme voyeur avec toi, mon amour. J’étais très excité de te voir jouir avec eux tantôt, car je sais aussi que tu m’aimes. Je suis toujours «avec» toi. Nous sommes tous deux complices dans notre «amour inséparable». Et j’aime te voir heureux dans ce bonheur que j’aime partager avec toi, en te faisant l’amour, ou en te regardant avoir du plaisir.

– C’est vraiment un «Monde nouveau» pour moi, mais je t’avoue que je commence à y prendre goût en ta compagnie. C’est vrai qu’ils m’excitent, mais c’est toi que j’aime.

– Et voilà. Tu commences à comprendre ce que c’est ici des compagnons de vie. Des «inséparables» libres ensemble.

Romulus se relève et je l’accompagne à travers la foule qui râle de jouissance dans cette Grande Fête de nos noces. Pendant que tout le monde baise ensemble, nous saluons les étalhoms jouisseurs sur notre route jusqu’à la «Grande Hutte». Nous sommes de nouveau seul et à l’abri des regards dans la Hutte, bien que situés cette fois-ci au cœur du «chant de la forêt». Romulus me tire vers lui et m’embrasse avec passion. Je suis amoureux comme je ne l’ai jamais été et je suis très heureux avec mon nouveau compagnon officiel, même si j’aimerais vivre plus exclusivement mon amour et mon intimité sexuel avec lui. J’aperçois le sac de cuir que m’a offert Romulus et je le ramasse.

– Merci mon amour, pour ce magnifique cadeau. Tu m’as complètement surpris. Et moi, je n’ai rien à t’offrir.

– Calme-toi, mon beau! Ça me fait plaisir de te faire plaisir, mais ce n’est pas vrai que t’as rien à m’offrir. Tu oublies déjà tout ce que tu viens de me donner! Ton amour dépasse toute chose.

– T’es magnifique. Mais n’oublie pas que tu m’as comblé toi-aussi avec ton cœur. Et puis là, qu’est-ce que t’as mis dans ce sac? Wow! Mais où as-tu trouvé ça? Un bermuda kaki et une chemise à manche courte de couleur sable, ma préférée!

– Très heureux que ce soit ta couleur et que ça te plaise. J’ai pensé que tu aimerais te vêtir un peu pour notre future visite au «Centre», où tu vas rencontrer d’autres humains «habillés». J’avais déjà vu ces vêtement-là au «Centre» et j’ai envoyé quelqu’un les chercher.

– Tu es très attentionné mon gros loup! Merci. Et ça c’est quoi? Des sangles? C’est pour quoi? Et ça? Ah bon, une gourde comme la tienne! Va-t-elle contenir aussi ta «potion magique», lui dis-je avec un petit air intrigué?

– Oui, on va les remplir avant de partir pour notre petite expédition, et non ce n’est pas magique! C’est juste le jus des fruits spéciaux que vont cueillir certains membres de la tribu jusque dans la canopée. Les sangles et les autres choses dans le fond du sac, je t’expliquerai tout ça en traversant la vallée vers les «Ébèniens».

Romulus ne me laisse pas le temps de continuer et m’embrasse en me tenant de son bras puissant, tout en s’appuyant sur ses trois autres membres. Je lui enlace le cou de mes bras et il me jette par terre pour mieux m’embrasser et me caresser. Je vois alors son pénis s’allonger et reprendre encore toute sa vigueur. Je suis couché sur le dos et il m’embrasse partout sur le ventre jusqu’à mon pénis qu’il prend goulument dans sa bouche. Nous sommes à peine revenus de l’orgie extérieure, mais il me veut! Et moi, encore plus! Il me suce en me caressant, mais mon érection n’est pas à son maximum. J’aimerais bien, en ce moment, être programmé génétiquement pour régénérer mes forces et mes énergies viriles comme un étalhom, mais je ne suis qu’humain. Je lui caresse les cheveux et il vient m’embrasser. Je le retourne sur le dos et je commence à lui sucer l’immense phallus qui a repris toute sa vigueur virile. Il me regarde avec son charmant sourire pendant que je le regarde aussi, tout en lui suçant le membre. Je me replace en m’allongeant à côté de lui pour aligner son phallus en direction de ma bouche et ma gorge. C’est aussi la position du 69 et Romulus n’attend pas très longtemps avant de se plier le cou en engouffrant sensuellement ma queue dans sa bouche pour me donner aussitôt du plaisir. Je m’empale la bouche de son magnifique phallus à répétition en le masturbant aussi des deux mains et Romulus n’en peut plus de tressaillir de plaisir sous les assauts de mes stimulations. Il s’étend sur le dos et s’abandonne entre mes mains. Je le sens frétiller sous mes mains caressantes et je suis fasciné par ce beau mâle étendu près de moi. Je l’aime passionnément et j’aime le faire jouir.

Je fais frémir de plaisir mon beau Romulus depuis un bon moment. Je me déplace alors en allant me placer entre ses jambes et je lui lèche le phallus sur toute la longueur, en lui relevant les jambes. Je peux, dans cette position, lui lécher le cul autant que la poche virile arrondie et fermement remplit de sperme. Il gémit en se tortillant plein de sensualité. Je lui suce le gland duquel s’échappe le précum depuis longtemps, et je m’en sers pour lui lubrifier généreusement le membre et le scrotum que je caresse doucement en provoquant des frissons de plaisirs chez mon étalhom. Il me regarde amoureusement et je le savoure autant des yeux que de la bouche. Je lui lubrifie l’anus que je stimule avec mes doigts. Il frémit. Je lui en rentre un et puis deux. Il gémit de plus en plus. Je me repositionne et je lui rentre doucement ma queue, maintenant fermement bandée, lentement dans le cul en jouant du bassin. Il frissonne de plaisir en se relevant la tête pour me regarder l’enculer sensuellement. Il me sourit amoureusement. Je laisse ses jambes de chaque côté de mon torse et je me penche en lui caressant le ventre, les côtés et les pectoraux. Lorsque je lui pince doucement les mamelons, Romulus tressaille et son corps est secoué de frissons. Je regarde son magnifique corps de géant étendu devant moi pendant que je le pénètre de mon sexe. C’est féérique et terriblement excitant, tant et si bien que j’éjacule spontanément en lui, tout en étant secoué de violents spasmes d’orgasme et je tombe sur lui en me plaquant contre son torse.

Ce n’est qu’au bout d’un moment que je peux me relever en regardant mon amant tout sourire. Mais lui n’a pas joui encore et je ne veux pas le laisser comme ça. Je lui suce l’immense phallus avec désir en le masturbant des deux mains et il se remet à gémir et à se tortiller. Je le suce en lui tenant le phallus de ma main droite, alors que la gauche lui caresse sensuellement le scrotum avant de se faufiler à l’entrée de son anus déjà abondamment lubrifié. Je le fais gémir en lui glissant un, puis deux et trois doigts doucement dans le rectum. Il frétille de plaisir. Je place alors mes doigts ensemble et j’introduis lentement la pointe de ma main en la tournoyant. Il gémit bruyamment lorsque ma main entre complètement et que je lui rentre lentement l’avant-bras dans le rectum en allant lui chatouiller la prostate. Les phallus de ses amis avaient déjà fait ce chemin et étaient depuis longtemps passé par là. Je n’étais pas inquiet qu’il puisse le prendre et adorer ça. Je lui laboure maintenant le cul de mon avant-bras et il ne lui faut pas bien longtemps pour commencer à tressaillir d’un plaisir croissant jusqu’à la jouissance soutenue par mes mouvements calculés, pour maintenir sa jouissance le plus longtemps possible sans déclencher l’orgasme. Mais avec mon avant-bras dans le cul qui lui chatouille la prostate, ma main droite qui lui caresse le phallus et ma bouche qui lui suce le gland, il lui est maintenant impossible de résister à l’orage plus longtemps. Il râle bruyamment de jouissance lorsque son corps est secoué de violents spasmes orgasmiques et qu’il me propulse son immense flot de sperme dans la gueule en se déhanchant. En s’arquant de cette façon, il me propulse son membre viril dans la bouche en éjaculant, avec force et spasmes répétés, toute sa précieuse semence virile que j’avale presqu’entièrement. Je me retire lentement le bras et je m’étends à côté de mon superbe étalhom qui est encore un peu secoué des derniers spasmes de jouissance.

– Wow! Tu t’es surpassé mon amour, finit-il par dire entre deux tentatives pour reprendre son souffle!

– J’ai vu toutes sortes de choses étonnantes se passer parmi la foule aujourd’hui. Je me pensais très cochon comme amant, mais j’ai bien vu, dans cette foule déchainée de sexe extrême, que j’étais de la p’tite bière comparé à eux. Et tant qu’à m’adapter à ce «Nouveau Monde», mieux vaut laisser mon imagination s’enrichir de l’expérience des autres plus avancés que moi dans le monde érotique. Et puis, je t’avoue que j’avais très hâte d’être enfin seul avec toi, mon gros loup, pour te caresser et t’aimer de tout mon cœur. J’aime ça te faire l’amour et te faire jouir de toutes les façons possibles.
– Eh bien! Je commence à me demander lequel de nous deux va finalement se faire battre dans la jouissance par l’autre!

– Tu pensais t’être trouvé un amant et un conjoint cochon? Eh bien, je vais continuer à «mettre un homme là-dessus»!

Romulus me sourit en n’ajoutant pas un mot. Pour le moment! Il finit par reprendre son souffle, pendant que je me blottis confortablement contre mon amant, heureux. Dehors, la tribu poursuit la Grande Fête dans un roulis de râlements orgasmiques ininterrompus, qui restera certainement dans les «annales» de l’histoire des «Romuliens». Je m’endors dans les bras de Romulus, impatient de voir ce qui nous attend demain… À suivre…6

À suivre…

Chers lecteurs, j’aimerais bien recevoir vos critiques, commentaires et impressions sur cette Aventure chez les «Étalhoms»!

Écrivez-moi à «etalhom@gmail.com»

L’Île des « Lovers » Au Pays des Étalhoms – Partie XI

L’Île des « Lovers » Au Pays des Étalhoms – Partie XII

Vous serez intéressé aussi :

Helmut Huxley fourre Raphael Nyon sans condom !

Le 2 aout dernier, la maison Bel Ami nous étonnait encore avec une vidéo d’une des stars les plus

Lire l'article...

Kris Evans + look en cuir

Avez-vous besoin d'une preuve supplémentaire que Kris Evans a l'un des 20 meilleurs corps dans le porno gay et

Lire l'article...

One Night At The Ready

One Night At The Ready One Night At The Ready Hot House Video Réalisé par Chi Chi LaRue Avec

Lire l'article...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Menu Mobile

Avertissement !

«Vous entrez dans une zone réservée aux personnes adultes de plus de 18 ans. Les pages de cette zone contiennent des images et des textes s'adressant uniquement à un public adulte averti. Si vous êtes âgés de moins de 18 ans ou si la vision et/ou la lecture de documents à caractère sexuel entre hommes vous déplait, ne rentrez pas dans cette zone et cliquez sur« NON ».

En cliquant sur « OUI », vous confirmez être âgé de plus de 18 ans et être conscient d’entrer dans une zone adulte. Vous acceptez les conditions suivantes :

- Je n’accède pas à ces pages depuis un pays qui interdit la présentation de documents à caractère sexuel ou homosexuel.
- Je ne dévoilerai pas le contenu de ce site à une personne mineure ou à une personne majeure non consentante. - Je consulte ce site depuis mon propre domicile et pour mon usage strictement personnel.
- Je ne considère pas que ce matériel puisse être offensant.
- Je ne pourrai, en aucun cas, poursuivre l'éditeur ou l'hébergeur de ce site ni les personnes ayant participé à la réalisation de ce site pour quelque raison d'ordre moral que ce soit.
- Je n'entre pas sur ce site avec l'intention de nuire.
- Je n'utiliserai, ne copierai ni ne transmettrai de quelque manière que ce soit le matériel contenu sur ce site et protégé par les lois du droit d'auteur et de la propriété intellectuelle.
- Je suis parfaitement conscient que si l'une au moins de ces conditions ne me convient pas et que j'entre malgré tout sur le site, je ne pourrai pas poursuivre l'éditeur du site pour quelque raison que ce soit.